Le point en 2019 sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima

Le 8ème anniversaire de la catastrophe de Fukushima a été célébré il y a quelques jours. Pour rappel, ce tremblement de terre ayant eu lieu le 11 mars 2011, et qui a été le plus dévastateur de l’histoire de Japon, a provoqué 20 000 morts et d’importants dommages matériels causés par le tsunami.

Suite à une dérogation, certains habitants sont déjà retournés y vivre tandis que d’autres ne pourraient y revenir que en 2020.

Mais quels sont réellement les impacts sur la population et sur la nature des émissions radioactives de l’accident nucléaire du 11 mars 2011 au Japon ?

Les conséquences du désastre

L’impact du drame de Fukushima sur les habitants

Les émissions radioactives ont eu énormément de conséquences en provoquant de nombreuxsoucis de santé. On a constaté une augmentation de cas de cancer pour les habitants et les travailleurs les plus exposés. Des cas de problèmes de thyroïde ont été remarqués sur les moins de 18 ans au moment de la fusion des réactions nucléaires. Mais encore, les études ont démontré une hausse des cas de dépression et d’alcoolisme chez les personnes évacuées, particulièrement chez les gens avec une santé fragile déménagés plusieurs fois.

L’impact du drame de Fukushima sur l’environnement

L’eau contaminée des immeubles qui ont hébergé les réacteurs détériorés a été renversée dans l’océan et dans les nappes phréatiques. Les autorités japonaises ont constaté qu’elle contient du Tritium, et cela dépasse 100 fois le seuil maximum accepté par l’État. Également, elle a une forte concentration d’isotopes radioactifs comme le strontium-90, et c’est 20 000 fois supérieures au maximal accepté. Même si actuellement cette eau est nettoyée par un système de décontamination afin de baisser la radioactivité, elle est encore radioactive (et pour de longues années…)

Vous aimerez aussi...